N°10. Le quotidien de l'Etat contre la 'Ndrangheta

Publié le par rizzoli

     En Italie, les forces de l’ordre ne ménagent pas leur peine pour réduire le poids de la mafia calabraise. Le 28 février 2008, à Benestare en Calabre, les carabiniers ont découvert un bunker destiné à protéger les mafieux "en cavale". La photo à gauche représente l'entrée dun autre bunker.
Les militaires sont à la recherche d’un « super latitante », Antonio Pelle. Surnommé « Gambizza », ce chef de la ‘Ndrangheta de 72 ans est recherché depuis 2000 pour effectuer une peine de 26 ans de prison. Le refuge en question est le troisième que l’on retrouve en quatre jours. D’après les sources officielles, l’étau se resserre autour du vieux capo-bastone. La pièce de 12 mètres carrés est accessible à partir d'une trappe. Celle-ci se situe à l’intérieur d’un four ! Il reste à déterminer si le bunker
a été utilisé récemment. 
      Le 3 mars, à la demande de la direction provinciale antimafia (DDA), le parquet de Reggio a mis sous séquestre des biens appartenant aux 'ndrines Pelle-Vottari et Nirta-Strangio de San Luca. Ces deux cartels de familles mafieuses calabraises se livrent à une faida qui a provoqué le massacre de Duisburg le 15 août 2007 (voir l'article n°6). Tant en Calabre qu'en Lombardie, les magistrats ont mis sous séquestre des activités commerciales, des immeubles, des terrains, des polices d'assurance et des voitures de luxe. L'ensemble de ses biens mafieux avoisinerait 150 millions d'euros.
      La saisie est l'instrument juridique qui permet de priver provisoirement les mafieux de leurs biens mal
acquis. Cependant, pour faire réellement reculer l'impunité, il faut un jugment définitif de confiscation. En 2006, l'une des dernières propositions du gouvernement de centre-droit dirigé par Silvio Berlusconi fut celle de limiter cet outil de lutte contre le pouvoir des mafias.
    Rendez-vous le 15 avril ; les Italiens votent à nouveau.

Commenter cet article