N°18. Les clans utilisent leur avocat contre Roberto Saviano

Publié le par rizzoli

 Roberto Saviano, journaliste du Mattino, a écrit Gomorra, pour décrire avec force la prégnance de la Camorra en Campanie. La photo à gauche est de Mario Spada. Elle représente Roberto Saviano entouré des agents de police chargés d'assurer sa protection.
      Le journaliste a déchaîné les foudres des clans, en particulier celles des Casalesi. Les Casalesi sont un cartel de clans qui opérent dans l'arrière pays napoiltain. Menacé de mort, l’écrivain est au secret quelque part en Italie. 
       Au mois de septembre 2007, faisant fi de cette menace, il avait participé à un meeting contre la mafia à Casal di Prinicpe, la ville des Casalesi. Dans la foule se trouvait le père de Francesco Schiavone : (voir 
photo). Ce dernier, surnomé "Sandokan" est le chef mafieux de Casal di Principe. La présence d'un membre de la famille d'un "boss" emprisonné 
constitue une menace mafieuse typique. C'est ainsi que communique la mafia. Saviano a, donc, repris le chemin de la "clandestinité".
L’Antimafia n’a pas besoin de martyres, elle en a pléthore. Roberto Saviano doit continuer de faire ce qu’il fait le mieux ; écrire. Les mafieux ont peur de la plume. Ils tuent les journalistes qui s’approchent de la vérité : Mauro de Mauro en 1970, Mario Francese en 1979. Ils les intimident comme dans le cas de Lirio Abate à l'automne dernier pour son livre les complices; I complici...
Pour attaquer la presse, la mafia utilise aussi ses avocats. Francesco Bidognetti et Antonio Iovine, par l'intermédiaire de leur deux défenseurs, ont demandé que leur procès soit transféré à Rome. D'après les avocats, les articles de l’auteur de Gomorra conditionnent le procès en cours. Cela constitue une nouvelle menace mafieuse contre le journaliste. Les avocats ont aussi attaqué le magistrat instructeur de la Direction départemental antimafia (Dda), Raffaele Cantone.
Ce qu’il faut retenir : le dernier gouvernement Berlusconi de 2001 à 2006 était empli d’avocats qui, pour certains, continuaient à représenter des mafieux. Carlo Taormina assurait la défense de mafieux alors qu'il était secrétaire d'Etat au ministère de l’Intérieur!
            Le 15 avril, les Italiens votent à nouveau.

Commenter cet article