N°19. La classe politique italienne ne parle plus de mafia.

Publié le par rizzoli

         

Le 18 mars 2008, la Garde des finances et la Direction des enquêtes antimafias de Naples ont arrêté une trentaine de personnes. La police financière italienne a mis sous séquestre des biens appartenant au clan des Casalesi (cf. art. 18). La police des finances a saisi des biens mobiliers et immobiliers, des terrains et des entreprises, des comptes bancaires pour une valeur de plusieurs millions d’euros. Ces biens étaient, en général, attribué à des prête-noms qui exerçaient tant en Campanie que dans la région du Latium. En 2006, la Commission parlementaire antimafia avait déjà signalé les infiltrations mafieuses dans la région de Rome (Cpa 2001-2006).
            L'opération antimafia constitue-t-elle une réponse des enquêteurs aux menaces proférées, la semaine dernière, par deux chefs mafieux à l’encontre du journaliste Roberto Saviano et du procureur antimafia ?
Alors que la campagne électorale pour les législatives bat son plein, aucun parti politique ne parle de la mafia. Dans un article du Time, Roberto Saviano explique que tous les partis poilitiques lui ont demandé de cautionner leur campagne. Il répond qu'il ne peut prendre partie mais s'étonne du silence assourdissant des partis politiques sur le sujet mafieux.

Publié dans Légalité en Italie

Commenter cet article