N°61. "L'écharde mafieuse" au sein de la gauche italienne

Publié le par rizzoli

Mirello Crisafulli, sénateur élu lors des dernières élections législatives, appartient au Parti Démocrate (PD), le parti de centre gauche italien désormais dirigé pas Walter Weltroni. En 2001, Mirello Crisafulli rencontre l'avocat mafieux Raffaele Bevilacqua dans un hotel de Pergusa, une ville de la province d'Enna en Sicile. Les carabiniers, qui surveillent Raffaele Bevilacqua, filment par hasard la réunion entre l'homme politique de gauche et le mafieux1. La vidéo est affligeante, les deux protagonistes s'embrassent sur la joue, parlent d'affaires et de politique, en particulier d'un campus universitaire à réaliser à Enna bassa. Le projet était évalué à 120 milliards de lire. « Si ce sont mes amis, ce sont aussi les tiens » dit le mafieux au politicien.
Pour avoir dialogué avec un mafieux, Mirello Crisafulli (dont on peut voir la photo à droite) a été poursuivi par la justice. Les magistrats instructeurs ont classé sans suite l'accusation de « concours externe en association mafieuse » au motif que cette rencontre n'a apporté aucun avantage à la mafia. Dans leur décision de classement, les magistrats on pris soin d'écrire «  Crisafulli a démontré sa disponibilité à maintenir les rapports avec l'avocat Bevilacqua ». Les magistrats insitent sur le fait que l'homme politique de gauche, Mirello Crisafulli, ne pouvait ignorer le caractère mafieux de son interlocuteur.

Pour conclure :

depuis que les forces de l'ordre utilisent la vidéo pour confondre les mafieux et leurs complices, il devient difficle, pour ces derniers, de nier leurs « contiguïtés mafieuses ». 

Le Parti Démocrate : un parti qui fait de la lutte contre la mafia un priorité, aurait dû refuser la candidature d'un homme politique qui partage les valeurs de la mafia.

1En 2001, l'avocat Raffaele Bevilacqua est le représentant de Bernardo Provenzano, le chef de la mafia sicilienne. Bevilacqua aurait participé à une réunion au sommet en 1991 lorsque la « coupole » a décidé les assassinats de Giovanni Falcone et Paolo Borsellino (assassinés en 1992). En 2006, Rafaelle Bevilacqua a été condamné pour association mafieuse.

Publié dans Légalité en Italie

Commenter cet article