N°65. Antimafia de droite

Publié le par rizzoli

La députée Angela Napoli, du parti "Alliance Nationale", un mouvement néofasciste, soutient toutes les initiatives visant à éradiquer la criminalité en Italie. Angela Russo est membre de la commission parlementaire antimafia. Récemment, elle a interpellé le ministre de la justice sur les révocations de l’article 41 bis. L’article 41 bis du code procédure pénale prévoit un régime carcéral strict pour les chefs mafieux. Cet isolement de la société permet de limiter l’influence des chefs sur leur famille.
D’après la députée Napoli, de nombreux mafieux ont bénéficié de la révocation de cette mesure et sont désormais en mesure de communiquer avec leurs soldats.
Elle prend l’exemple du boss de Cosenza  Franco Penna et de son bras droit Gianfranco Ruà. Dans le cadre du procès « missing », le capobastone est accusé de 12 homicides mafieux. Surtout, il a déjà été condamné à la prison à vie ! Pourtant, le tribunal de l’application des peines a révoqué les mesures d’isolement strict à l’encontre de ces deux chefs de ‘ndrine (la famille mafieuse en Calabre).
Ces révocations s’ajoutent aux libérations des chefs mafieux quand les délais de leur détention provisoire sont dépassés (art.14). Ces décisions ridiculisent l’Etat italien. La conséquence réside dans le fait que les citoyens ne peuvent collaborer avec l' Etat jugé faible contre des mafias qui ont beaucoup de pouvoir.
La députée demande un contrôle de l’application des meures rendues par les tribunaux d’application des peines.
En Italie, il existe bien une tradition antimafia de droite. Le juge Falcone était de gauche et son meilleur allié était le magistrat Paolo Borsellino dont les sensibilités politiques étaient identiques à celles de la député d’Alliance Nationale (droite radicale). Cependant, les hommes politiques de droite antimafias sont généralement complètement étouffés par les affairistes, les « transformistes » (ceux qui changent de côté en fonction du vent) et par les complices directs de la mafia. Ces trois catégories de politiciens forment une majorité au sein de la droite italienne. La députée Napoli est l'exception qui vient confirmer la règle.
 

Publié dans Légalité en Italie

Commenter cet article