N°76. Macabre Calabre

Publié le par Fabrice Rizzoli

Samedi 31 mai 2008, à Roccelletta di Borgia dans la province de Catanzaro, la ‘Ndrangheta a encore frappé. Il est 19h 45 quand Salvatore Cossari, 49 ans, qui semble attendre quelqu’un, est criblé de balles. Le fusil utilisé serait une arme de guerre de fabrication russe avec une vingtaine de projectiles dans le chargeur. Avec une crosse pliable à 180 degrés, on peut la cacher facilement sous un blouson1. Cette arme onéreuse, seule une ‘ndrine a le droit de l'utiliser sur ce territoire.

Sans la moindre hésitation, la magistrature a confié l’enquête à la direction antimafia de la province (DDA) de Catanzaro. En effet, la victime était certainement affiliée à une ‘ndrine, une famille mafieuse calabraise. Elle avait déjà été accusée d’avoir prélevé le pizzo, l’impôt mafieux, auprès d'entrepreneurs. Le 22 janvier 2008, elle fut sauvée par la prescription. L’Etat pardonne, la ‘Ndrangheta rarement !

La victime était mariée à la fille de Salvatore Pilo assassiné le 24 mai 2004. La femme de la victime de samedi avait aussi un beau-frère qui échappé de justesse à un guet-apens la semaine dernière. Enfin, la victime est liée à de nombreuses personnes assassinées (art. 39).

Le mobile du meurtre est à rechercher dans les luttes des ‘ndrines de la zone qui tentent de se répartir le trafic de drogue, les appels d’offre de la route 106 qui longe la côte ionienne (sur la carte en haut.).

Le plus intéressant est que l’ensemble des liens familiaux et des meurtres avait été soigneusement détaillé dans un rapport des carabiniers. Le rapport avait été confié à un magistrat qui a été muté ailleurs. Depuis le rapport a disparu….

Cet article a été rédigé à l’aide des informations du journaliste Giuseppe Mercurio.


1. D'après Alain Rodié du CF2R, il est possible qu'il s'agisse d'un fusil d'assaut AKR calibre 5,45 mm. Il est apparu dans les années 1980 en Afghanistan lors du conflit engagé par les Soviétiques. C'est la version raccourcie de l'AK 74 (en dotation dans l'ensemble de l'armée russe) , le successeur de l'AK 47 (chambré en 7,62X39 mm).
L'AKR équipe les forces spéciales et les personnels dont la première mission n'est pas le combat d'infanterie (pilotes de chars, d'hélicoptères, etc.) Comme tous les AK 74, un atténuateur de sons peut y être adapté (son efficacité est cependant très mitigée). Il accepte tous les chargeurs de la gamme allant de 50 à 20 coups (je crois qu'il existe aussi des chargeurs d'une dizaine de coups, l'avantage des capacités moindres résidant dans leur encombrement qui est plus faible).
L'AKR est disponible sur le marché noir, les criminels appréciant particulièrement sa fiabilité et sa puissance (1) pour un relatif faible encombrement (cependant, le "blouson" qui le dissimule doit être assez large).    

 
 
1. La munition est perforante (en raison de son faible calibre) et possède un bon pouvoir vulnérant car elle se déforme à l'impact provoquant (bien qu'elle soit blindée -"full metal jacket"-, le noyau de plomb n'occupe par l'ensemble du projectile dont la pointe est vide) un basculement du projectile dans les chairs, surtout si un os est touché. Ce fait implique que, théoriquement, elle n'est pas conforme aux conventions internationales (La Haye et Genève).

Commenter cet article