Arrestation au sein de la bourgeoisie mafieuse

Publié le par Falcone

Le 28 octobre 2008, les magistrats de Trapani ont procédé à l’arrestation de 11 personnes, des mafieux, des politiciens et une avocate. Tous sont accusés d’avoir commis des délits (extorsion, attentats incendiaires et infiltration dans l’économie légale) avec la méthode mafieuse. Les magistrats ont aussi saisi une société de construction. Les mafieux appartiennent à la cosca Melodia d’Acalmo. L’homme politique, Pietro Pellerito, est le conseiller provincial de l’Union des démocrates chrétiens du centre (UDC). Le père du président de l’assemblée provinciale (conseil général) a été arrêté pour complicité avec la mafia

L’avocate est accusée de « concours externe en association mafieuse ». Des micros habilement placés ont révélé que l’avocate parlait avec des chefs mafieux de la province de Trapani. La femme de loi évoquait ces rencontres avec Domenico Raccuglia, le nouveau leader de la mafia de Palerme.

Ce type d'arrestation renvoie à la définition de mafia, une association criminelle complexe insérée dans la haute société :

« Le système relationnel mafieux est composé de rapports de parenté, d’amitié, d’intérêt, de contiguïté et de complicité. Ce réseau s’affirme dans des conditions de développement comme de sous-développement économique. Ces relations composent un corps social hiérarchiquement organisé. Les catégories sociales les plus pauvres représentent le bassin de recrutement de la main-d’œuvre pour les mafias. Les sommets de l’organisation mafieuse sont capables de sceller un pacte scélérat avec les plus hautes sphères du pouvoir politique et économique, la haute société ». Le tout forme un corps social, un club privé, que le sociologue Umberto Santino qualifie de « bourgeoisie mafieuse ».

Voir  :
 N°12. De la Bourgeoisie mafieuse à Agrigento
N°85. Un complice du chef de la mafia arrêté
N°71. Pourquoi Renato Schifani est-il président du Sénat?

Santino (Umberto), L’alleanza e il compromesso (mafia e politica dai tempi di Lima e d’Andreotti ai nostri giorni), éditions Rubbettino, Soveria Manelli, 324 pages, 1997, pp. 5-9.

Commenter cet article