Prison à vie ou exécution sommaire?

Publié le par Falcone

Il est 16h30 à Locri sur la côte ionienne de la Calabre. Domenico Cavaleri attend son fils devant l'école quand il est atteint de plus plusieurs balles de 7,65 mm à bout portant. Le premier projectile fait exploser la tête de la victime qui décède sur le coup.
Le défunt est le neveu de Cosimo et Antonio Cordi, les deux chefs de la famille mafieuse Cordi. On pense donc à la reprise de la guerre avec le clan des Cataldo, l'autre 'famiille mafieuse de la ville. Depuis 20 ans, ces deux 'ndines  (nom donné aux familles mafieuses calabraises) se livrent à une faidà, une guerre faite de vengeance sans fin comme c'est le cas à San Luca, non loin de Locri ( N°6. De San Luca à Duisburg, la faida et la ‘Ndrangheta )
Rapidement, les policiers excluent cependant la piste mafieuse. En effet, le défunt issu d'une famille puissante aurait pris l'habitude d'user de cette position. Le 17 mars dernier, au cours d'une partie de carte, Domenico Cavalieri aurait giflé un père de famille. Le fils de ce dernier aurait donc vengé le sgarro (l'affront) fait à son père. Un homme de trente ans en un tué un autre autre de quarante pour une gifle.
La police, sous le contrôle du procureur de la République, a commencé sa course contre la montre. Il s'agit de trouver le présumé meurtrier avant que la famille mafieuse ne fasse justice à sa manière.  Le présumé coupable peut éviter encore la mort mais pas la prison à vie. Récement, un fait similaire s'était produit en Calabre et la famille mafieuse avait été plus rapide que l'Etat italien ( N°111. Violence programmée ).

PS : s'incrire à la newsletter en haut à droite pour recevoir un mail à chaque nouveau billet

Publié dans Légalité en Italie

Commenter cet article