N°75. Un boss de La Cosa Nostra se livre au FBI

Publié le par Fabrice Rizzoli

Le 30 mai 2008, Nicholas Carozzo, 68 ans, un membre de la mafia italo-américaine, La Cosa Nostra (LCN), s’est livré au bureau du FBI de New-York. Depuis 1992, « Little Nick » est un « captain » de la famille Gambino de New-York. Il gérait les paris clandestins portant sur le football (américain) et le base-ball. Aux Etats-Unis, les revenus des paris s’élèveraient à 10 millions de dollars par an. Dans le quartier du Queens, le système Carozzo était géré par 4 sites internet. Un des sites domicilié au Costa Rica permettait de financer d’autres activités illicites1.
Ces dernières années, Nick Carozzo avait augmenté fortement son influence au sein de la famille Gambino. En effet, au sein de La Cosa Nostra, la capacité d’un de ses membres à rapporter de l’argent à la famille constitue un des facteurs principaux de promotion.

Récemment, ce "capitaine" de la famille Gambino s’est retrouvé impliqué dans l'enquête « Old bridge » qui a permis l’arrestation de 60 mafieux des deux côtés de l’Atlantique. Avant l’arrestation des ses compagnons, Nick avait été prévenu de l'opération policière. Il avait alors préféré quitter son domicile de Long Island.

Reste que la « cavale » aux Etats-Unis est devenue bien difficile à assurer. Pour les mafieux italo-américains, il n’est plus possible de se réfugier en Italie où les policiers sont devenus des experts en la matière, en grande partie en raison de la coopération internationale qui s'est considérablement développé.
Par le biais de son avocat, Nick a négocié (contre quoi ?) sa reddition. Il est accusé d’association de malfaiteur, d’extorsions et d’homicides, mais il se dit innocent des faits qui lui sont reprochés.


Enfin, le 5 juin, le procureur de Brooklyn a fait arrêter une douzaine "d'affranchis" de la famille 
Colombo de New York, une des plus importantes familles de La Cosa Nostra. Après 3 ans d'enquête, la justice estime que Thomas Gioeli, 55 ans et son "underboss" John '"Sonny"' Franzese, 89 ans, assuraient par interim le leadership de cette famille. Le chef de cette famille serait encore Carmine Persico emprisonné en Caroline du Nord.  Ils sont accusés d'extortion, de trafic de drogues et de vol. Il est à noter que le vol organisé est une spécialité de La Cosa Nostra américaine à contrario des mafias italiennes. Enfin, les mafieux italo-américains nient souvent leur implication dans le trafic de drogue.


1. Voir l'émission "enquête exclusive" sur M6 replay

Commenter cet article

Don Quichotte 44 14/09/2008 21:20

Bonjour,

Merci de votre proposition.
Je vous écrirai un article très prochainement.

Salutations

Don Quichotte 44 30/08/2008 16:59

Re-bonjour, merci une nouvelle fois pour votre réponse.

Lorsque vous dites que si un membre de la "famille" Genovese débarque en Sicile afin de s'approprier une entreprise, il sera au mieux raccompagner à l'aéroport, au pire on ne retrouvera jamais son corps, c'est vrai, mais l'inverse l'est aussi (ainsi en 1984 les autorités américaines découvrirent à l'intérieur d'une ancienne usine du New Jersey le corps de Cesare Bonventre ensanglanté, démembré et placé dans deux barils séparé; à l'époque, Bonventre et son équipe de "zips" dealaient d'importantes quantités d'héroïne dans Brooklyn pour la Cosa Nostra de Sicile; le problème c'est qu'il opérait depuis Knickerbocker Avenue, qui était sous contrôle de la "famille" Bonanno, qu'il était soupçonné d'avoir participé aux assassinats de Pietro Licata et de Carmine Galante et qu'il refusait de payer une "taxe" sur ses revenus aux Bonanno (cf le témoignage en 2004 de Salvatore Vitale, un ancien membre de la "famille" Bonanno qui est devenu informateur du gouvernement américain et qui a avoué avoir participé à l'exécution de Bonventre)).

A ce sujet, je voulait savoir si la Cosa Nostra américaine et la Cosa Nostra sicilienne collaborait toujours dans le trafic de drogue ? En début d'année, le FBI a révélé lors de l'opération "Old Bridge" que certaines "familles" palermitaines avaient conclu des accords avec la "famille" Gambino afin de réactiver les anciennes narcoroutes de la "pizza connexion", mais lorsque l'on lit les rapports de la DEA, il concerne surtout les cartels colombiens et mexicains (par exemple l'importante opération "Millenium" aux débuts des années 2000 en l'encontre du "cartel" Valle del Norte). La Cosa Nostra américaine est-elle encore très impliquée dans le trafic de drogue et existe-t-il encore des collaborations entre les Cosa Nostra américaine et sicilienne ?

Merci.

Falcone 09/09/2008 13:04


J'avais pris un exemple fictif pour bien faire comprendre. Le votre est encore mieux. Je vous suggère d'écrire un petit article sur la Cosa Nostra américaine. Je vous le publie.

Bien à vous


Don Quichotte 44 29/08/2008 19:04

Merci pour votre réponse.

J'aurais une autre question à vous poser.

En effet, j'avais lu quelque part qu'un spécialiste considérait que la Famille Genovese de New York était sans doute l'entité criminelle la plus puissante de la Mafia (si on "comparait" simultanément l'ensemble des clans mafieux de la Cosa Nostra américaine, de la Cosa Nostra sicilienne, de la Camorra, de la N'Drangheta et de la Sacra Corona Unita).

Il précisait que ce n'avait que très peu de sens de comparer les organisations criminelles entre elles, mais que si on les analysait séparément et selon certains critères (degré d'institutionnalisation, efficacité de la structure hiérarchique, effectif, zones d'influences, variétés des activités (légales comme illégales), réseaux, importance des valeurs normatives (capacité à intégrer la culture de l'organisation), légitimité et souveraineté (capacité à exercer son autorité et à la faire accepter)), la Famille Genovese de New York était sans doute l'entité criminelle de la Mafia la plus puissante.

Partagez-vous ce point de vue et pourriez-vous développer sur ce qu'est l'état actuel de la Famille Genovese de New York ?

Falcone 30/08/2008 11:28


Bonjour, encore une fois. vous avez déjà bcp d'infos. Effectivement, il ne sert à rien de comparer les organisations mafieuses entre-elles. Nous en faisons des entités unies pour des commodités
d'analyse. En réalité, au sein d'une mafia, les clans sont jaloux de leur territoire et collaborent peu ensemble. Comme je ne cherche pas à me défausser, je dirais : 'Ndrangheta number one! Pour
son nombre d'affiliés, les disponibilités financières et surtout le respect de la loi du silence. Attention au problème des sources. Qui peut me parler de la mafia chinoise en Chine?
Enfin, la "famille" Genovese est peut-être celle qui a resisté le mieux à la répression aux US mais si un membre des Genovese débarque en Sicile pour s'approprier une entreprise, il sera au mieux
raccompagner à l'aéroport. Au pire on ne retrouvera jamais son corps.
Bien à vous et donnez moi un mail svp.


Don Quichotte 44 20/08/2008 19:11

Bonjour,

Je voulais savoir si selon vous la Cosa Nostra en Amérique du Nord n'avait pas été dépassé par d'autres groupes criminels ?

D'une part par d'autres poids lourds du crime organisé mondial tels les cartels de la drogue mexicains.

D'autre part par certains gangs de rue, dont certains ont eu une expansion alarmante ces dernières années, telle la Mara Salvatrucha.

En effet, au cours de ces vingt dernières années, la Cosa Nostra US s'est vue affaiblir par un nombre important de procès ayant pu avoir lieux grâce à de nombreux informateurs, mais aussi par les lois intelligentes que la justice américaine a su adopter dans sa lutte contre le crime organisé (je pense tout particulièrement à la loi RICO). De fait, il semblerait que l'influence criminelle de la Mafia aux Etats-Unis soit sur le déclin.

D'un autre côté, ces autres groupes criminels (cartels de la drogue mexicains, Mara Salvatrucha,...) semblent être sur la pente ascendante et tenir le haut de pavé dans le monde de la pègre américaine.

Je voulais votre point de vue de spécialiste sur la question.

Falcone 21/08/2008 12:07


Bonjour, merci de ce commemtaire. Vous posez des quesions et faites les reponses... Tout ce que vous dites est juste. Mefiez vous cependant des évolutions trompeuses. Les mafieux italiens ne
controlent plus la rue mais ils sont insérés dans l'économie légale et illicite : appels d'offre pour le bâtiment et les services, prostitution  de luxe, pornographie, casinos, jeux, paris
clandestins et légaux... C'est moins voyant mais cela rapporte autant. Vous pouvez lire Xavier Raufer, Le réveil des mafias. Il explique bien les effest en trompe l'oeil.