N°53. La Camorra punit les repentis

Publié le par rizzoli

Vendredi 2 mai 2008, il est 6 h du matin. Umberto Bidognetti, 69 ans, se rend à la ferme pour travailler quand des deux sicaires tirent 12 coups de pistolet. Nous sommes à Castel Volturno dans la province de Caserta au Nord de Naples. On peut voir la carte de cette province à gauche. Dans la zone de Castel Volturno, le clan des Casalesi régne en maître (voir art. 18 et art. 19).
La victime, Umberto Bidognetti n'est pas connue des services de police et n’a pas de casier judiciaire. Malheureusement pour elle, elle n’est pas hors de la mafia. Premièrement, Le défunt est un cousin de Francesco Bidognetti, un des chefs des Casalesi actuellement en prison. La victime est surtout le père de Domenico Bidognetti, un élément important du clan des Casalesi qui collabore avec la justice. Non seulement Domnico Bigognetti raconte les secrets du clan à la justice, mais il déclare «  la Camorra est un mal absolu et les camorristes sont simplement des bouffons »
Umberto Bidognetti a, donc, été tué à l’âge de 69 ans parce que son fils est un repenti. Le clan des Casalesi punit le traître en tuant son père. On appelle cela une "victime transversale". Par ailleurs, les chefs envoient un message à l’intérieur de leur clan pour empêcher d’autres collaborations avec l’Etat.
Déjà, le 9 décembre et le 30 avril, le clan Gionta de Torre Annunziata a fait assassiner les deux frères du collaborateur de justice, Aniello Nasto. A chaque fois, des passants ont été blessés pas balles.
La mafia ne respecte ni les innocents ni les Anciens.
Pas de lutte antimafia sans repentis !
La violence mafieuse est un langage.

 

Commenter cet article